C’est en 1853 que le Biros devient une région minière. On y extrait du plomb et du zinc sous forme de galène et de blende. 500 personnes y travaillent dans le plein essor (1907).

La mine du Bentaillou

Le Biros est prospère et surpeuplé. Il faut deux écoles pour contenir les 200 élèves de la commune de Sentein. Les femmes s’occupent des propriétés agricoles et la plupart des hommes travaillent à la mine. D’une compagnie Britannique, la mine passe en 1913 aux mains d’une société française. Mais en 1926 les cours des métaux et surtout du zinc s’effondrent. S’instaure alors une gigantesque grève. L’extraction cesse et la mine ferme. Par chance, à cette époque, le chantier du barrage d’Araing a besoin de main d’œuvre et beaucoup d’ouvriers y retrouvent du travail jusqu’en 1942. Année même où la mine est rouverte par l’Union Minière des Pyrénées. A nouveau les mineurs retrouvent leurs postes. 14 ans plus tard, c’est hélas la fermeture définitive qui enlève la richesse du Biros.

Deux tentatives de réouverture en 1963 et 1973 se soldent par des échecs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.